Nous commencons donc cette nouvelle partie de notre visite du quartier du Centre de Liège par les Degrés Saint-Pierre.









Voici les Degrés Saint-Pierre, qui sont en réalité un escalier menant à la rue du même nom. Sur cette image, nous sommes
dos à la place Saint-Lambert et nous voyons, de gauche à droite, les premières marches de l'escalier, l'entrée de la rue
Saint-Pierre et la Gare du Palais. Les arbres présents au centre de la photographie sont ceux du Square Notger.









Vue sur le Square Notger, nom donné en référence au premier Prince-Evêque de Liège, peut-être le plus
remarquable d'entre-eux. En arrière-plan, on aperçoit la Gare du Palais.









Montons les marches pour arriver au milieu de l'escalier afin de regarder une belle vue dégagée très intéressante.
A gauche, un petit morceau de la Gare du Palais se dévoile. En bas, le Square Notger et à droite, le Palais Provincial.
En arrière-plan, les hautes maisons étroites sont celles de la rue Pierreuse et, en dessous de celles-ci, on peut
voir le tunnel du chemin de fer de ceinture, terminé en 1876 après 5 ans de travaux pharaoniques.









Tournons la tête vers la droite pour observer la Place Saint-Lambert que nous venons de quitter.
Le Palais Provincial, à gauche, accueille les services du gouvernement de la Province de Liège.









En haut des marches, nous sommes rue Saint-Pierre (qui commence sur la gauche de cette image et continue dans notre dos).
L'artère passant devant le Palais Provincial (à droite) et la Gare du Palais (à gauche) est la rue de Bruxelles.









Faisons un petit saut rue de Bruxelles, partant de la place Saint-Lambert et terminant sa route rue de
l'Académie, qui nous propose une belle vue de la Gare du Palais, construite en 1905.









Engageons nous un peu plus dans la rue de Bruxelles pour voir, à gauche, l'église Saint-Servais et, en
arrière-plan, Pierreuse. Cette image date d'avant 1905 car la Gare du Palais n'est pas encore construite.
Elle consiste avant cette date en un simple baraquement en bois (à droite).









Joli panorama vers la montagne Sainte-Walburge, pris probablement d'une des habitations de la rue de Bruxelles.









Toujours rue de Bruxelles, voici le pont d'Arcole (à gauche) qui permet de passer de l'autre côté des rails
pour arriver dans la rue Fond Saint-Servais. A côté de l'église Saint-Servais, on peut voir la rue Volière. 
  








Photographie de l'église Saint-Servais, prise depuis le quai de la Gare du Palais.
Cet édifice, construit au XVIème siècle, est un bel exemple de l'architecture gothique.










Un peu plus loin, toujours rue de Bruxelles, se trouve l'Ecole d'Armurerie, sise rue Léon
Mignon, en face de nous. A droite, comme à gauche, c'est la rue des Bons Enfants.









Un peu en arrière, passons le pont d'Arcole, et prenons à gauche pour arriver au bas de la rue des Anglais, qui à sa fin,
aboutit à la Montagne Sainte-Walburge. Sur le trottoir de gauche, vous pouvez voir l'Académie Royale des Beaux-Arts.



(Pour aller directement au quartier Sainte-Walburge, cliquez ici, sinon, continuez sur cette page.)








Revenons maintenant à nos Degrés Saint-Pierre et prenons la rue du même nom (Saint-Pierre
était une collégiale bâtie à cet endoit qui fut démolie au XIXème siècle) pour apercevoir sur notre
gauche la Collégiale Sainte-Croix. A l'extrême-gauche, l'entrée de l'étroite ruelle de Rome.  









Voici la ruelle de Rome, vers la rue Saint-Pierre.









La Collégiale Sainte-Croix vue de la rue Saint-Hubert. Reconstruite vers 1391, elle renferme dans son Trésor des
parcelles de la Vraie Croix du Christ, un fragment du crâne de Saint Jean-Baptiste et une dent de Saint Vincent.
A droite, entre les maisons et la collégiale, démarre la rue Haute-Sauvenière.
 







 

Retournons-nous pour arriver au pied du Mont Saint-Martin et voir sur notre gauche
l'Escalier de la Montagne, qui aboutit boulevard de la Sauvenière.









 Voici le Mont Saint-Martin, prolongement de la rue Saint-Hubert. Sur cette image, prise d'un
des immeubles de cette rue, on remarque en arrière-plan le choeur de la Basilique Saint-Martin.









Au niveau de la Basilique, on peut voir sur la gauche la rue des Bégards, prolongée par les Degrés du
même nom. La photographie nous les montre en direction du Mont Saint-Martin.









L'actuelle Basilique Saint-Martin, située sur la colline du Publémont, fut construite au XVIème siècle. Destinée en premier
lieu à devenir la cathédrale de Liège au Xème siècle, elle fut finalement dédiée à Saint-Martin avec le statut de collégiale.
Sur cette image, nous sommes dos à la rue Saint-Laurent et au quartier de ce nom.



(Pour aller directement au quartier Saint-Laurent, cliquez ici, sinon, continuez sur cette page.)








Revenons maintenant à l'Escalier de la Montagne, descendons-le et, à mi-chemin, sur
la droite, comtemplons la façade arrière du superbe Hôtel de Sélys-Longchamps.









Voici l'Escalier de la Montagne et la petite rue attenante que nous venons de traverser.
Dans notre dos se trouve le Boulevard de la Sauvenière.









Vue du boulevard de la Sauvenière (vers la place du Théâtre sur cette image) et, en arrière-plan, la
Basilique Saint-Martin. Ancien bras de la Meuse, la Sauvenière fut totalement comblée en 1844.









Prenons un peu plus loin, sur notre droite, la rue Lonhienne, ensuite la rue Lambert le Bègue, pour arriver sur la
place des Béguinages. Toujours à droite, nous avons alors la rue Stéphany qui conduit à la Gare de Jonfosse.
 En arrière-plan, l'Hôpital Militaire Saint-Laurent, dans le quartier du même nom.









Un autre vue nous est proposée ici, plus rapprochée et un peu excentrée.
Nous sommes ici rue Pouplin, qui longe la gare et son quai.









La rue Jonfosse, parallèle à la rue Pouplin, où se trouve l'Ecole Normale (à gauche).
Au premier plan, à droite, démarre la rue Grandgagnage.









Revenons au boulevard de la Sauvenière, allons jusqu'à son bout (à la limite d'avec le boulevard d'Avroy) pour
voir sur la droite la très longue rue Saint-Gilles. Au début de celle-ci, sur le trottoir de gauche, nous pouvons
observer le bâtiment abritant l'Institut Electrotechnique Montéfiore, du nom d'un industriel et mécène liégeois.









Au même niveau, mais de l'autre côté de la rue, on aperçoit l'église Saint-Christophe. Construite
vers 1240, elle possédait la particularité d'être à la fois une paroisse et une église de béguinage.









A côté de l'église se trouve l'Institut Saint-Christophe. Au premier plan de cette
photographie, on remarquera les grilles entourant l'édifice religieux.









Un peu plus haut dans la rue Saint-Gilles, à gauche, commence la rue des Bénédictines amenant au pensionnat du même nom.









La rue Saint-Gilles, menant au quartier et à l'église du même nom, était l'itinéraire emprunté jusqu'à la fin du XVIIIème
siècle par les condamnés à mort étrangers (les Bourgeois de la Cité subissant la peine capitale place du Marché) pour
atteindre les Grands-Champs de Saint-Gilles, lieu où ils seront exécutés.









La rue Louvrex, partant de la rue Saint-Gilles et atterrissant à l'église Sainte-Véronique, nous offre un des
plus beaux parcs de la ville, le Jardin Botanique. A l'extrême-droite de cette image démarre la rue Fusch.









C'est en 1848 que sont placées les grilles en fer forgé entourant le Jardin Botanique, achevant ainsi des travaux
qui auront duré 10 ans. L'Institut de Botanique, que l'on voit ici en arrière-plan, sera construit en 1884.










L'Institut de Pharmacie, construit en même temps que celui de Botanique, se situe à l'angle du parc, rue Fusch.
Sur cette photographie, nous sommes dans cette rue, qui continue sur la gauche. A droite, la rue Courtois.
Derrière les arbres, à l'extrême-gauche, on devine les maisons sises rue Louvrex.









Autre vue de la rue Louvrex avec, à droite, les grilles du Jardin Botanique.









Sur cette image, nous sommes au début de la rue Fabry, prolongement de la rue Louvrex, qui se termine à l'arrière-plan,
à droite (la maison blanche). Nous voyons ici l'église Sainte-Véronique, construite en 1847. Il s'agit d'une des plus anciennes
paroisses de Liège, sa fondation remontant au XIème siècle. A l'endroit où les personnes posent commence la rue Hemricourt.









La place de Bronckart (une des entrées amenant au quartier des Guillemins), aboutissement de la rue Fabry, qui se termine
au premier-plan, à gauche. Avant 1899, c'est cet endroit qui était appelé "place des Guillemins", l'espace devant la gare étant
nommé "place de la Gare". En arrière-plan, à gauche, démarre la rue de Rotterdam, qui relie la place au boulevard d'Avroy.



(Pour aller directement au quartier des Guillemins, cliquez ici, sinon, continuez sur cette page.)








Revenons maintenant au boulevard d'Avroy et à son carrefour d'avec le boulevard de la Sauvenière
(sur cette image, à gauche), les rues Pont d'Avroy (en face) et Saint-Gilles (presque dans notre dos).
Remarquez le bâtiment plutôt avant-gardiste pour l'époque (à droite du kiosque). 









Le boulevard d'Avroy, ancien bras de la Meuse comblé en 1835, est, avec celui de
la Sauvenière, l'artère principale reliant le centre-ville aux Guillemins. 








Remontons ce boulevard pour trouver à notre droite l'Abbaye bénédictine de la Paix-Notre-Dame,
ensemble architectural bâti à la fin du XVIIème siècle.









Vue du superbe parc de l'abbaye, situé à l'arrière, véritable havre de paix à deux pas du coeur de Liège.



 





Encore un peu plus loin, toujours sur notre droite, nous trouvons l'église du Saint-Sacrement, construite en style néoclassique et
achevée vers 1766. D'abord prieuré des Frères augustins avec leur église dédiée à Saint-Anne, et ce jusqu'à la révolution, elle
ne fut reprise qu'en 1866 par les Dames de l'Adoration perpétuelle et fut consacrée alors au Saint-Sacrement.









A la fin du boulevard, nous arrivons à la frontière du quartier des Guillemins avec la rue du même nom qui
commence au centre de cette image. A gauche, le début de l'avenue Blonden et à droite, la boulevard d'Avroy.
Derrière nous, c'est l'avenue Rogier.



(Pour aller directement au quartier des Guillemins, cliquez ici, sinon, continuez sur cette page.)








Au même endroit, tournons la tête vers la droite pour comtempler la statue de Charles Rogier, inaugurée en
1905, en mémoire d'un des plus célèbres hommes politiques belges du XIXème siècle. A l'arrière-plan, le parc d'Avroy.









Voilà, cette partie de la visite est terminée. Retournons place Saint-Lambert afin de prendre un autre itinéraire et ainsi continuer à découvrir
d'autres coins du quartier du Centre de Liège. (Pour ce faire, cliquez ici.)




Pour les autres Quartiers de la ville, cliquez ici.

















Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement